Magn̩tiseur РGu̩risseur
Eau Pure

La meilleure boisson pour l’homme : L’eau dissout toutes les toxines…

En Savoir Plus

Nourriture Nature

Utiliser la force vitale des aliments via la lumière du soleil qu’ils absorbent au cours de leur croissance…

En Savoir Plus

Youtube

Naturopathie

Yoga léger

Méditer

Chaîne gratuite
Claude-Sophie
sur

 CS

En Savoir Plus

Yoga léger

Le Corps ne s’use que si l’on ne s’en sert pas !
La sédentarité tue à petit feu…

En Savoir Plus

Méditer

Méditer en Conscience : pour guérir petit à petit de nos souffrances émotionnelles, conflits non résolus, chocs, relations… 

En Savoir Plus

Système osseux

Troubles des articulations

On distingue 3 types d’articulations : articulation immobiles ou fixes (synarthroses), cartilagineuses ou semi-mobiles (amphiarthroses), synoviales ou très mobiles (diarthroses).

Des intestins constamment exposés à des virus, des bactéries et des parasites et des troubles métaboliques provoquent : gonflements, flatulences, brûlures d’estomac, renvois, constipation, diarrhée, froideur et gonflements des mains et des pieds, transpiration excessive, fatigue généralisée, perte d’appétit, perte de poids…

En plus des nombreux antigènes (corps étrangers) contenus dans la nourriture, le système digestif doit aussi les insecticides, les pesticides, les hormones, les résidus antibiotiques, les additifs et les colorants contenus dans tant d’aliments de nos jours. D’autres antigènes possibles incluent le pollen de fleurs, les plantes, les anticorps végétaux, les champignons, les bactéries et les médicaments à grandes molécules tel que la pénicilline.

C’est la tâche du système immunitaire, dont la plus grande partie est localisée dans les parois intestinales, de nous protéger contre tous ces envahisseurs et ces substances potentiellement nuisibles. Des calculs biliaires dans le foie entravent sérieusement le processus digestif, surchargent le sang et la lymphe des substances toxiques sus-mentionnées.

Les cellules immunitaires circulent dans le sang, se logent les ganglions lymphatiques, dans la rate, dans la membrane des glandes salivaires, dans le système lymphatique des bronches, dans le vagin ou dans l’utérus, dans les glandes mammaires et dans les capsules articulaires.

Dans le cas d’exposition répétée aux antigènes toxiques, la production d’anticorps augmentera de façon spectaculaire, particulièrement dans les secteurs où les cellules immunitaires se sont logées. Les maladies auto-immunitaires, qui indiquent un niveau excessif élevé de toxicité dans le corps, résultent directement d’un tel déséquilibre. Les toxines nocives du sang, non neutralisées par un foie bloqué par les calculs biliaires, finissent par être déchargées dans le tissu conjonctif. Au plus, les toxines s’accumulent dans le tissu conjonctif , au plus les membranes cytoplasmiques sont obstruées par des substances nuisibles. Le corps ne peut se nourrir et se nettoyer lui-même, ce qui en fait une cause principale de toxicité.

L’ostéoarthrite se développe quand le renouvellement du cartilage articulaire ne va pas à la même mesure que sa dégradation. Le cartilage articulaire devient de plus en plus mince jusqu’à ce que les surfaces osseuses des articulations frottent les unes contre les autres et commencent à dégénérer. Des réparations osseuses anormales (déformations) et des inflammations chroniques peuvent en résulter. Des troubles digestifs chroniques, altérés par des calculs biliaires dans le foie, sont la conséquence du manque d’éléments nutritifs utilisés dans la composition du tissu osseux.

Quand la présence de calculs biliaires dans le foie se répercute sur la circulation du sang dans les reins et que l’excrétion d’acide urique est insuffisante, se développe la goutte, causée par des cristaux d’urate de sodium dans les articulations, les tendons.

Fumer des cigarettes, boire régulièrement des boissons alcoolisées, prendre des stimulants… provoquent une destruction cellulaire intense, ce qui relâche des grandes quantités de protéines provenant de cellules dégénérées dans le sang. La production d’acique urique augmente lors de la consommation excessive de protéines alimentaires, telles que la viande, le poisson,le porc, les oeufs…

extrait « Etonnant nettoyage du foie, de la vésicule biliaire » Andréas Moritz

Pour aller plus loin : Nettoyage du Foie | Irrigation du Côlon | Nettoyage des Reins

Troubles du système osseux

L’os humain est composé de 20% d’eau, 30-40% de tissu organique, telles que les cellules vivantes (ostéoblastes formant l’os, ostéoclastes, chargés de la résorption de tissu osseux), 40-50% de matériel inorganique, tel que le calcium, dont le tissu contient beaucoup de vaisseaux sanguins et lymphatiques et des nerfs. L’os spongieux, partie moins dense de l’os, contient la moelle osseuse, à l’origine des globules rouges et blancs.

Des calculs biliaires dans le foie mènent à une congestion lymphatique dans les intestins et dans les autres parties du corps, déséquilibrant l’approvisionnement en substances nutritives nécessaire à production de nouveau tissu osseux. L’ostéoporose résulte d’une réduction de la quantité de tissu osseux. L’os spongieux est touché avant l’os cortical, couche extérieure de l’os.

L’insuffisance de bile, due aux calculs biliaires dans le foie, réduit l’absorption du calcium dans les intestins, augmente le niveau d’acides nuisibles dans le sang, neutralisé par le calcium retiré des os et des dents. Pour neutraliser la haute concentration de phosphore contenu dans le lait de vache, le corps utilise non seulement le calcium du lait mais aussi le calcium des os et des dents. C’est ainsi que se réduisent les réserves de calcium, la densité des os ou la masse osseuse : fractures des os et des hanches.

La vitamine D liposoluble, le calciférol, est essentielle pour un métabolisme équilibré de calcium et de phosphore, pour une structure osseuse saine. L’infection des os ou l’ostéomyélite peut résulter d’un blocage lymphatique prolongé dans le corps, dû à des calculs biliaires, d’abcès dentaire ou furoncle, dans ou autour du tissu osseux. Les microbes présents dans le sang ont libre accès aux os acidifiés et faibles. Des tumeurs malignes des os peuvent se développer quand la congestion lymphatique dans le corps, surtout les os, atteint des proportions extrêmes, signes d’un déficit nutritionnel du tissu osseux.

extrait « Etonnant nettoyage du foie, de la vésicule biliaire » Andréas Moritz

Pour aller plus loin : Nettoyage du Foie | Irrigation du Côlon | Nettoyage des Reins

Hernie discale

La hernie discale est une maladie du disque intervertébral. Jouant le rôle d’amortisseur entre deux vertèbres, ces disques s’usent avec le temps et peuvent parfois se déformer ou sortir de leur enveloppe.



Spondylarthrite ankylosante

Une inflammation chronique attaquant les articulations de la colonne vertébrale et sacro-iliaque (voire intercostale). Parfois associée avec l’anémie, les colites…

Causes possibles : Facteurs génétiques, réponse immunitaire anormale suite à une infection…

Symptômes : Rigidité tenace et douleurs dans le bas du dos, faible ampliation thoracique. Pire au lever et après de l’inactivité. Développement de cette rigidité dans le cou et le dos…

A Surveiller : les yeux.



Cancer des os (ostéosarcome)

Les os sont des tissus qui forment notre squelette et constituent la charpente du corps. Longs, courts ou plats, ils sont reliés entre eux par les articulations.

L’ostéosarcome est un cancer primitif de l’os qui se caractérise par une production anormale de tissu osseux (l’ostéogénèse). Cette tumeur touche préférentiellement l’adolescent ou le jeune adulte et reste très rare (moins de 100 cas par an).
L’ostéosarcome concernent essentiellement les os longs et, deux fois sur trois, le genou.

Risques / Causes

Sa cause est inconnue mais le principal facteur causal établi est la radiothérapie (on parle de sarcome en zone irradiée). Toutefois, le risque est très faible (moins de 0,1% des personnes traitées par radiothérapie développent ensuite un sarcome) et ne peut remettre en cause les bienfaits de la radiothérapie.
Certains facteurs de risques familiaux sont aussi répertoriés.

Origine cellulaire des tumeurs d’Ewing
La tumeur d’Ewing est la deuxième tumeur maligne de l’os. Elle survient surtout chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte. Une équipe de chercheurs français a, en 2007, identifié les cellules à l’origine de la tumeur. Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles applications thérapeutiques notamment chez les jeunes patients.

The bones are tissues that make up our skeleton and constitute the framework of the body. Long, short or dishes, they are connected together by joints.

Osteosarcoma is a primary cancer of the bone that is characterized by an abnormal production of bone (osteogenesis). This tumor preferentially affects adolescents and young adults and is very rare (less than 100 cases per year).
Osteosarcoma mainly concerns the long bones, and two out of three, the knee.

Risks / Causes

Its cause is unknown but the main causal factor is established radiotherapy (called sarcoma in irradiated area). However, the risk is very low (less than 0.1% of those treated with radiotherapy then develop sarcoma) and can not call into question the benefits of radiation therapy.
Some familial risk factors are also listed.

Cellular origin of tumors Ewing
Ewing’s sarcoma is the second malignant tumor of the bone. It occurs especially in children, adolescents and young adults. A team of French researchers in 2007 identified the cells at the origin of the tumor. This discovery opens the way to new therapeutic applications especially in young patients.

Arthrose de la hanche

L’arthrose de la hanche, ou coxarthrose, correspond à la destruction progressive du cartilage de l’articulation de la hanche (arthrose dégénérative). Au cours de l’évolution de l’arthrose, toutes les structures de l’articulation sont atteintes. Des débris de cartilage s’effritent dans l’articulation, entraînant une inflammation locale plus ou moins douloureuse. La coxarthrose représente la principale cause de douleurs de hanche.

Risques / Causes

La coxarthrose est une affection fréquente occupant la première place dans la pathologie de la hanche. On distingue la coxarthrose dite primitive quand l’arthrose de hanche survient sans cause particulière, et la coxarthrose secondaire quand une maladie préexistante ou une malformation (dysplasie) favorise son apparition. Les coxarthroses secondaires commencent plus précocement, vers l’âge de 30 ou 40 ans, et ont une évolution généralement plus rapide que les coxarthroses primitives.
Une forme particulière est représentée par l’arthrose de hanche ou coxarthrose destructrice rapide, qui provoque en moins d’un an une disparition totale du cartilage avec destruction osseuse de la tête fémorale.

L’arthrose de hanche est une maladie dégénérative de la hanche avec des origines multiples (malformation, contraintes mécaniques…). Elle est provoquée par un processus de destruction et de réparation du cartilage. Le cartilage permet à deux os de glisser l’un sur l’autre et d’assurer la mobilité d’une articulation. En réponse à un excès de pression, ce cartilage gonfle (dème) et se fragilise, et des fragments vont tomber dans l’articulation.
En parallèle, une réaction biologique provoque une hyperactivité des cellules chargées de réparer le cartilage mais aussi de le détruire. À terme, ces cellules (chondrocytes) s’épuisent et meurent, et l’ensemble de l’articulation est touché (inflammation de la membrane synoviale qui entoure l’articulation, épaississement de l’os…).

Osteoarthritis of the hip, or hip osteoarthritis is the progressive destruction of the cartilage of the hip joint (degenerative arthritis). During the progression of osteoarthritis, all the structures of the joint are achieved. Cartilage debris crumble in the joint, resulting in a more or less painful local inflammation. Osteoarthritis is a leading cause of hip pain.

Risks / Causes

Osteoarthritis is a common condition occupying first place in the pathology of the hip. We distinguish the so-called primitive osteoarthritis when the hip OA occurs without any particular cause, and secondary osteoarthritis when a preexisting disease or malformation (dysplasia) promotes its appearance. Secondary coxarthrosis start earlier, around age 30 or 40 years, and have a generally more rapid evolution than primary hip osteoarthritis.
A special form is represented by the hip osteoarthritis or rapidly destructive osteoarthritis, which causes less than a year in a total loss of cartilage with bone destruction of the femoral head.
The hip osteoarthritis is a degenerative hip disease with multiple origins (malformation, mechanical stress …). It is caused by a process of destruction and cartilage repair. The cartilage allows bones to slide two one upon the other and to ensure the mobility of a joint. In response to excess pressure, cartilage swelling (edema) and brittle, and fragments will fall into the joint.
In parallel, a biological reaction causes a hyperactive cells charged to repair the cartilage but also to destroy it. Eventually these cells (chondrocytes) are exhausted and die, and the whole joint is affected (inflammation of the synovial membrane surrounding the joint, thickening of the bones …).

Arthrose

Osteoarthritis is the progressive destruction of joint cartilage, common in advancing age (degenerative arthritis), which can be up to his disappearance.
Most joints can be affected by osteoarthritis but it is usually in the spine, hips (hip osteoarthritis), knees (knee) and hands. There is a hereditary factor with a familial genetic predisposition more or less marked.

Causes

The cartilage allows the bone ends to slide over each other. Its alteration therefore causes joint stiffness or ankylosis (painful rigidity).
The causes of cartilage damage are first cellular aging due to « natural »; then to excess local pressure, mainly through joint overexertion (sports, leisure, business activity …). Overweight and obesity are a major cause of osteoarthritis; they aggravate the consequences of an anatomical abnormality (constitutional, hereditary or not). Obesity exerts, in addition, a proinflammatory hormonal influence (interleukins).
In degenerating cartilage fragments; debris fall in the joint, and majorem local inflammation of the synovial (joint synovial fluid which lubricates and nourishes the cartilage). Pain reduces movements; the muscles atrophy, tendons become inflamed in turn, the joint is enraidit. The adjacent bone reacts by deforming (osteophytes or parrot beaks) and weakens.
OA is aggravated by joint crystallisation of substances such as uric acid (gout), or calcium phosphates (chondrocalcinosis), long silent and often neglected diseases.L’arthrose correspond à la destruction progressive du cartilage des articulations, commune lors de l’avance en âge (arthrose dégénérative), qui peut aller jusqu’à sa disparition.
La plupart des articulations peuvent être touchées par l’arthrose mais il s’agit le plus souvent de la colonne vertébrale, des hanches (coxarthrose), des genoux (gonarthrose) et des mains. Il existe un facteur héréditaire avec une prédisposition génétique familiale plus ou moins marquée.

Causes

Le cartilage permet aux extrémités osseuses de glisser les unes sur les autres. Son altération entraîne donc une raideur articulaire voire une ankylose (rigidité douloureuse).
Les causes de l’altération du cartilage sont dus d’abord au vieillissement cellulaire « naturel » ; ensuite à un excès de pression locale, essentiellement par surmenage articulaire (sport, loisir, activité professionnelle…). Le surpoids et l’obésité sont une cause majeure d’arthrose ; ils aggravent les conséquences d’une anomalie anatomique (constitutionnelle, héréditaire ou pas). L’obésité exerce, de plus, une influence hormonale pro-inflammatoire (interleukines).
En dégénérant le cartilage se fragmente ; les débris tombent dans l’articulation, et majorent l’inflammation locale de la synovie (liquide synovial articulaire qui lubrifie et nourrit le cartilage). La douleur réduit les mouvements ; les muscles s’atrophient, les tendons s’enflamment à leur tour, l’articulation s’enraidit. L’os adjacent réagit en se déformant (ostéophytes ou becs de perroquet) et se fragilise.
L’arthrose est aggravée par la cristallisation articulaire de substances comme l’acide urique (goutte), ou les phosphates de calcium (chondrocalcinose), maladies longtemps silencieuses et souvent négligées.

Véritable cause

Au début des années 2000, des chercheurs américains se sont aperçus que l’arthrose n’est pas causée par une usure du cartilage. Si c’était le cas, les sportifs seraient beaucoup plus touchés que les reste de la population, alors que c’est l’inverse.

L’origine réelle du problème, ce sont des cellules du cartilage devenues folles.

Normalement, le cartilage est constamment renouvelé. Vous avez pour cela des cellules spéciales, appelées chondrocytes. Elles « digèrent » constamment le vieux cartilage et fabriquent des briques neuves afin que le cartilage soit toujours bien épais, bien élastique, bien irrigué, bien protecteur.

Les chondrocytes sont ces cellules essentielles qui vous débarrassent du vieux cartilage et vous fournissent les matériaux pour en produire du nouveau. C’est grâce à eux que les articulations peuvent rester bien flexibles, bien élastiques pendant des décennies.

Mais lorsque nos chondrocytes sont mal traités, ils deviennent fous, et vous allez voir que les conséquences sont terribles.

Régénération des chondrocytes

  • Par les nutriments dont ils ont besoin pour vivre et faire leur travail de régénération du cartilage.
  • Par une protection des agressions extérieures. Les chondrocytes détestent les coups violents, comme tout le monde, et ils détestent les substances inflammatoires (cytokines, leucotriènes). Ainsi, lorsqu’une inflammation s’installe dans le corps de façon durable, à cause d’une intolérance alimentaire, de l’obésité, ou d’un mode de vie malsain, les chondrocytes risquent de tomber malades et de devenir fous.
  • Par de l’exercice physique quotidien – le cartilage n’étant pas irrigué par des vaisseaux sanguins, la nourriture se trouve dans le liquide synovial qui circule en dedans et en dehors des cartilages à chaque qu’on bouge régulièrement.

Conséquence d’un dérèglement des chondrocytes :

  • détruise le cartilage existant par la sur-production de métalloprotéinases,
  • élimine des autres chondrocytes,
  • attaque des cellules saines de cartilage,
  • empêche la fabrication de nouvelles « briques » de cartilage (collagène et protéoglycanes)
  • produise des substances inflammatoires agressives (leucotriènes et cytokines)

Plus l’arthrose s’aggrave, plus vous avez d’inflammation. Et plus vous avez d’inflammation, plus les chondrocytes se dérèglent et aggravent l’arthrose !!

Arthroplastie du genou

L’arthroplastie du genou ou prothèse du genou est l’opération visant à remplacer l’articulation du genou par une prothèse.Les prothèses du genou actuelles utilisent essentiellement des matériaux en métal et/ou polyéthylène. Lors de l’arthroplastie du genou, la partie inférieure du fémur et la partie supérieure du tibia sont remplacées et les parties articulaires des os sont remplacées par la prothèse, composée d’une pièce métallique fixée à l’extrémité inférieure du fémur et d’une autre pièce sur l’extrémité supérieure du tibia.L’arthroplastie du genou améliore les douleurs et la mobilité de l’articulation. L’arthroplastie du genou est réalisée par un chirurgien orthopédiste et nécessite une rééducation postopératoire.

Risques

La principale cause d’arthroplastie totale du genou est l’arthrose à un stade avancé ; elle touche les patients âgés de 55 à 75 ans.
D’autres causes conduisent également à l’intervention chirurgicale comme différentes formes d’arthrite inflammatoire, et notamment la polyarthrite rhumatoïde, qui endommagent cartilage et os du genou. Les patients atteints par ces maladies inflammatoires sont opérés à un âge plus jeune.
On estime le nombre de prothèses totales de genou posées chaque année à 120 000 aux États-Unis et 20 000 en France.

The knee or knee prosthesis is the operation to replace the knee joint by a prothèse.Les existing knee prostheses utilize essentially metal materials and / or polyethylene. In knee arthroplasty, the lower part of the upper femur and tibia are replaced and the joint portions of the bone is replaced by the prosthesis, composed of a metal part fixed to the lower end of the femur and another piece on the upper end of knee tibia.L’arthroplastie improves pain and mobility of the joint. Knee replacement surgery is performed by an orthopedic surgeon and requires post-operative rehabilitation.

Risks

The main cause of knee replacement surgery is osteoarthritis at an advanced stage; it affects patients aged 55-75 years.
Other causes also lead to surgery as different forms of inflammatory arthritis, including rheumatoid arthritis, cartilage and damaging knee bones. Patients with these inflammatory diseases are operated at a younger age.
The estimated number of total knee arthroplasty laid each year to 120,000 in the US and 20,000 in France.

Arthrite

L’arthrite désigne l’inflammation d’une articulation. L’arthrite n’est pas une maladie en soi mais plutôt un symptôme dont les causes regroupent plus d’une centaine d’affections (infections, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, goutte…). L’arthrite peut toucher une ou plusieurs articulations : dans ce dernier cas, on parle de polyarthrite. L’affection en cause peut être aiguë ou chronique. La polyarthrite rhumatoïde est une des formes les plus communes d’arthrite.

Risques / Causes

Le corps humain comprend plus de cent articulations qui relient les os entre eux. L’arthrite n’est pas une maladie mais englobe de multiples affections différentes, de la moins sévère à la plus invalidante. L’inflammation arthritique peut apparaître à la suite de chocs, de maladies, d’infections ou être la conséquence d’une maladie auto-immunitaire. À titre d’exemple, la polyarthrite rhumatoïde touche de 0,5 % à 1 % de la population en Occident, et deux fois plus les femmes que les hommes.

Les mécanismes et causes varient en fonction de l’origine de l’arthrite.
Pour la plus fréquente, la polyarthrite rhumatoïde, la cause est inconnue, associant probablement un caractère auto-immun (le corps attaque ses propres articulations par ses cellules) et un terrain génétique.
Dans les arthrites infectieuses, une bactérie est le plus souvent en cause et provoque l’inflammation.
Dans les arthrites métaboliques, c’est l’accumulation d’un produit (acide urique, calcium…) dans l’articulation qui provoque l’inflammation et la crise douloureuse (goutte, chondrocalcinose…).

Arthritis refers to inflammation of a joint. Arthritis is not a disease in itself but rather a symptom whose causes include over a hundred diseases (infections, rheumatoid arthritis, ankylosing spondylitis, gout …). Arthritis can affect one or more joints: in the latter case, it is called arthritis. The condition in question may be acute or chronic. Rheumatoid arthritis is one of the most common forms of arthritis.

Risks / Causes

The human body comprises more than one hundred joints which connect the bones together. Arthritis is not a disease but encompasses many different ailments, from least severe to most disabling. The arthritic inflammation may occur as a result of shock, of diseases, infections or be the result of an autoimmune disease. For example, rheumatoid arthritis affects 0.5% to 1% of the population in the West, and twice more women than men.
The mechanisms and causes vary depending on the origin of arthritis.
For the most frequent, rheumatoid arthritis, the cause is unknown, probably involving an autoimmune character (the body attacks its own joints by its cells) and a genetic predisposition.
In infectious arthritis, bacteria is the most commonly involved and causes inflammation.
In metabolic arthritis, is the accumulation of a product (uric acid, calcium …) in the joint that causes inflammation and painful crisis (gout, chondrocalcinosis …).